AÏSSA

BELAÏD

 

CDO

ENGIE DIGITAL ECARE SMART

EX-CDO LEBONCOIN

Temoignage

« La problématique qui reste toujours ancrée inexorablement, c’est celle de la définition du besoin et des usages. »

 

« Le Cloud m’a libéré »

J’ai vécu une époque où mon job consistait en partie à faire des forecasts de consommation de matériel, c’est-à-dire estimer la capacité de stockage et la performance nécessaires pour le mois à venir… Autant dire que le Cloud m’a libéré ! J’ai pu me concentrer sur ce que je sais faire : concevoir des plateformes data plutôt que gérer des équipements. Et cela m’a aussi libéré d’un risque d’erreur important : si j’anticipe moins bien que prévu, je ne vais pas me retrouver avec des surcoûts comme c’était le cas avec le on premise.

 

 

Les débuts d’une stratégie Data chez LeBonCoin

Au Bon Coin, j’ai eu la chance de pouvoir tenter des choses, de partir d’une page blanche : le site (qui appartient à un groupe de média norvégien) n’avait pas forcément de back office, de commerciaux, de stratégie data il y a dix ans… on faisait encore du Excel ! Mais dès 2012 j’ai pu réaliser un travail de fond sur la maturité de la société et sur sa stratégie en matière de données.

J’y ai pris deux partis : le premier, c’était de ne pas faire d’Hadoop car c’était trop compliqué et trop coûteux. Pour moi, l’offre d’Amazon permettait d’intégrer ces services de façon implicite, et on a ajouté Spark, Cassandra, Kafka au fur et à mesure des besoins. Cela m’a permis de me concentrer sur les outils BI qui regroupaient les difficultés dans la mesure où personne n’était d’accord sur les intitulés !

 

Le second parti que j’ai pris, c’était sur la privacy : dès 2012, j’ai alerté ma hiérarchie sur l’enjeu que cela représenterait. On était alors au début de la personnalisation et cela nous semblait important de poser des limites dès le départ. Le RGPD nous a donné raison.

 

 

« Calculer un CA en temps réel ? Impossible… »

Finalement, la problématique qui reste toujours ancrée inexorablement, c’est celle de la définition du besoin et des usages. Un jour mon CEO m’a demandé de calculer le chiffre d’affaires en temps réel. Je lui ai répondu que c’était impossible. Qu’aucun algorithme ou aucune machine ne pourrait calculer cela de manière fiable. Pourquoi ? Parce qu’il y a toujours un délai de rétractation du consommateur de 72 heures. Donc on peut calculer l’état des ventes de façon fiable… mais le chiffre d’affaires temps réel, non. Et c’est la même chose dans le domaine de l’énergie : personne ne peut déterminer avec certitude la facturation en temps réel, simplement la consommation. D’où l’importance de préciser en amont le besoin réel et les données dont on dispose pour arriver à créer de l’information fiable et donc de la valeur...