EDOUARD

NATTEE

 

CEO

FOXINTELLIGENCE

Temoignage

« La donnée n’a d’intérêt à être collectée que si elle apporte de la valeur au consommateur »

 

J’ai fondé foxintelligence fin 2015 - début 2016 après avoir travaillé chez Amazon puis dirigé la création de Westwing France, site de ventes privées de mobilier et décoration. J’y ai appris et compris une chose fondamentale : dans le e-commerce, la donnée n’a d’intérêt à être collectée que si elle apporte de la valeur au consommateur. Pas à travers une rémunération (comme le font certains instituts de sondage) mais à travers un service.

 

C’est ce que j’ai voulu faire en lançant Misterfox*, puis Cleanfox**, et nos bases utilisateurs ont logiquement explosé (je vise 2 millions d’utilisateurs pour la fin de l’année). Aujourd’hui, nous pouvons ainsi proposer aux entreprises du e-commerce un vrai service d’études et de benchmark sur leur marché, à partir de données directement sourcées. Les ventes de leurs concurrents, les taux de churn, les paniers moyens, sont autant d’indicateurs que nous pouvons livrer en BtoB… tout en offrant une proposition de valeur aux consommateurs en BtoC.

 

 

« Un challenge technique »

Même si notre donnée est plutôt structurée (donnée transactionnelle, enrichie par du Machine Learning et de l’Open Data), le Big Data pour nous, ça a d’abord été un challenge technique : arriver à gérer le volume et l’enrichissement de nos données au fur et à mesure de l’accroissement des bases. On est passé d’outils artisanaux à des technologies bien plus sophistiquées : le Cloud bien sûr pour gérer la scalabilité (on a une dizaine de serveurs qui doivent tourner en même temps), des systèmes de gestion de bases complexes à la place du MySQL et des technologies propriétaires de stream data pour explorer les data sets en temps réel. En revanche, on a fait le choix de rester sur des outils Python et Java pour recruter plus facilement… ce qui ne veut pas dire que l’onboarding était simple, les nouveaux arrivants étant parfois déboussolés par la complexité de nos solutions de Machine Learning !

 

 

Le défi de la privacy

Au-delà de la dimension technique, Big Data pour nous, c’était aussi et avant tout une histoire de privacy : dès le début, on a voulu mettre l’accent sur le consentement et l’anonymisation totale de nos données. Nous ne vendons pas de données personnelles. Et on a toujours refusé de mettre en place des trackeurs, ce qui s’est avéré largement gagnant lors du passage au RGPD : à ce moment-là, on a vu tous nos concurrents américains disparaître du marché…

 

 

Convaincre les investisseurs

Dernier point : le Big Data pour nous, ça a aussi été une affaire de financement. Car l’intérêt des VCs pour ces solutions s’est renforcé et nous avons pu ainsi bénéficier de 2 levées de fonds successives (la première pour 1 millions d’euros, la seconde pour 6 millions en juillet 2017). Notre ambition désormais ? Devenir le leader européen de la donnée e-commerce…

 

retour au sommaire

* Misterfox : une plateforme d’analyse de mails (commandes, reçus) qui permet d’alerter automatiquement les consommateurs sur leurs possibilités de réclamations et de remboursements - auprès de la SNCF puis d’Amazon - en cas de retards de transports ou livraisons.

 

** Cleanfox : une application qui propose aux consommateurs d’identifier et synthétiser tous les mails qui encombrent leur boîte mail (newsletters, promotions, etc…) pour leur permettre de se désinscrire de manière ciblée. Sachant que 90% des mails envoyés sont des spams ou des newsletters et que seuls 10% sont lus, Cleanfox présente également une vraie dimension environnementale (l’envoi d’un mail génère en moyenne 10g de CO2).